Benjamin Spark Bio

Benjamin Spark, artisan de la culture pop

Un parcours atypique

Benjamin Spark n’était pas prédestiné à la peinture. Ce français, né en 1969 à Boulogne-Billancourt, a d’abord choisi de suivre un chemin très éloigné du paysage artistique en créant une entreprise de création de sites web à Paris avec son meilleur ami. Nous sommes en 1995 et Internet est encore loin d’être intégré aux mœurs. Notre futur artiste – avant-gardiste – témoignait déjà d’un goût pour la création et la prise de risques. C’est à l’âge de trente ans qu’il remet sa vie en question et décide de tout quitter pour enfin se vouer à sa passion : l’art. Il s’emploie alors à suivre des cours de dessin à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris dans le but de corriger son manque de technique et de mettre un pied dans le monde de l’art. Ensuite, il choisit de partir en voyage aux États-Unis pour se perfectionner et mieux intégrer l’actualité et les pratiques de l’art urbain, dans le berceau du street art. En 2007, à l’âge de trente-huit ans, il décide de s’installer à Bruxelles, en Belgique, pour pratiquer son art à temps plein dans cette ville qui lui laisserait exprimer toute l’étendue de sa créativité. C’est là-bas, dans celle qui est rapidement devenue sa “ville de cœur », qu’il eut pour la première fois l’occasion d’exercer sa passion dans un atelier.

 

La consécration bruxelloise

C’est la ville européenne de Bruxelles, capitale de la Belgique, que Benjamin Spark a choisi pour vivre pleinement sa carrière d’artiste contemporain. Et peut-être que son amour pour ce lieu aura participé à l’explosion de talent dont il fera preuve en travaillant à Bruxelles. Dans cette ville fortement imprégnée par la culture street art, notre artiste a pu exprimer son talent qui fut enfin reconnu par le public et la critique. Mais le chemin n’a pas été aussi simple avant que sa carrière ne décolle et ne marque un véritable tournant dans sa vie personnelle et professionnelle. Pendant une année, l’artiste franco-belge a persévéré, pratiquant un art qui n’était pas pressenti à devenir célèbre. Un an après son arrivée dans la ville qu’il a très vite adoptée, une rencontre changea le cours de sa vie. Le galeriste Yann Berthéas reconnut dans les œuvres de Spark un talent authentique, prêt à être exposé au grand public en galerie d’art. En 2009 eut lieu à Vichy, en France, à la Galerie Berthéas, la première exposition consacrée aux œuvres de Spark. Face au succès de ses toiles atypiques pleines de références à la culture populaire, à l’histoire de l’art et à l’actualité, cette galerie d’art lui sera exclusive durant quelques années. Une réussite probablement due au caractère universel de ses œuvres de peinture contemporaine, dont les nombreuses références font le plus souvent écho à des connaissances propres à chacun.

 

Inspiration et succès internationaux

Né en France, touriste aux Etats-Unis, établi en Belgique et exposé en France pour la première fois : voici la trajectoire inspirante qui a propulsé Benjamin Spark vers le succès. Et la variété des cultures propres à chaque ville ou pays continua de participer à la réussite de l’artiste street art. En 2010, son exposition “Bad Joke” le fait connaître aux monégasques. Deux ans plus tard, il est exposé à Saint-Etienne pour sa collection “Spark au Carré”, dont le catalogue est préfacé par le célèbre artiste Benjamin Vautier, plus connu sous le pseudonyme Ben. La même année, il rencontre la marchande de tapis Nathalie Didden qui représente pour lui l’occasion de décliner ses œuvres. Elle lui commande en effet une collection exclusive de tapis inspirée de ses peintures façon Pop Art. Encore en 2012, Spark est exposé à New-York, aux Etats-Unis, avant de participer à une exposition collective d’art urbain avec une dizaine d’autres artistes emblématiques, nommée “Graffiti Group Show”, à nouveau à la Galerie Berthéas. S’ensuivent les années suivantes toute une série d’exposition de ses œuvres à travers les galeries d’art du monde entier. À Marrakech, notre artiste réalise un solo show à la Galerie BCK. Peu de temps après, la Galerie Mazel à Bruxelles l’accueille pour son exposition “It takes a lifetime to unlearn everything”. Simultanément, il est ensuite exposé à Paris, à la Galerie Marie Demange de Bruxelles, et à Düsseldorf à la Galerie Zimmerman et Heitmann. Quelques temps plus tard, son art investit la Galerie Kepopoulos d’Athènes pour l’exposition “The possibility of an Island”. Puis, jusqu’à aujourd’hui, il exposera encore dans de nombreuses galeries françaises et belges. De l’Afrique du Nord à l’Europe en passant par les Etats-Unis d’Amérique, sa popularité grandit et ses œuvres touchent toujours plus de personnes à travers le monde, incontestablement grâce à l’univers si particulier, assemblage de divers éléments culturels parfois opposés, qu’il donne à découvrir.

 

L’art urbain comme reflet de la culture populaire

L’art de rue et le mouvement Pop Art constituent les principales sources d’inspiration artistiques de Benjamin Spark, ce qui vaut parfois à son œuvre d’être qualifiée de “street pop”. Guidé notamment par les mouvements picturaux de figuration libre et de figuration narrative, ses influences viennent tant d’Erró que d’Andy Warhol, en passant par les artistes peintres Jean-Michel Basquiat, Michel Macréau, Michel Majérus et Sigmar Polke. Chacune de ses œuvres est une vraie composition narrative censée rendre compte des ressentis de l’artiste. Les personnages de dessins animés populaires et de bandes-dessinées se mêlent aux images de publicités, de mangas, de cinéma, de jeux vidéo, de logos ou encore de graffitis pour un résultat chargé de modernité et de pertinence. Spark réalise de minutieux assemblages d’éléments sortis de leurs contextes, façon graff, pour créer un art à la fois nouveau et empreint de l‘histoire artistique, politique, culturelle et économique des sociétés modernes. Les univers et les époques s’entrecroisent pour donner naissance à une œuvre emplie d’histoires, d’émotions et de justesse illustrés par les contrastes et couleurs caractéristiques du style de Benjamin Spark. Le mélange subtil des matériaux tels que la peinture acrylique, la gouache, le pastel sec, le feutre ou encore l’aérosol, apportent d’autant plus de relief et de profondeur, tant sur la forme que sur le fond, aux œuvres de notre artiste street art. Benjamin Spark a une vraie signature artistique : en un simple coup d’œil, son travail est reconnaissable.

 

Un artiste passionné et passionnant

Si Benjamin Spark est parvenu à tirer son épingle du grand jeu de l’art contemporain urbain, c’est sûrement grâce à l’union d’un talent incontestable à une personnalité hors du commun. Il détourne à la perfection des valeurs sûres, reconnaissables par le plus grand nombre car facilement identifiables, pour leur faire signifier autre chose que leur fonction d’origine. Benjamin Spark présente un art intellectuel, plein de réflexion et d’imagination. Plus qu’un artiste du divertissement ou de l’esthétisme pur, il n’hésite pas à utiliser son art pour mettre en évidence des faits de société ou dénoncer des pratiques politiques, sociales ou économiques. En accordant une importance égale à la forme et au fond, à la beauté de l’œuvre et les messages qui y sont véhiculés, Benjamin Spark ose mettre son public face aux ressentis qui l’habitent et aux maux de la société. Il organise des rencontres inattendues entre des figures emblématiques de la culture populaire américaine et européenne, et chacune de ses œuvres interpelle. Au-delà de s’inspirer de mouvements artistiques préexistants, il se démarque en créant son propre style, savante réunion du pop art et du street art. Sa maîtrise technique élaborée s’allie à son imagination débordante d’inventivité. A la manière d’un graffeur, il crée de véritables fresque qui rendent comptent, entre autres, de la société actuelle occidentale capitaliste et de la mondialisation. Benjamin Spark est un artiste qui met son talent et sa créativité au service de la société. Il met en évidence dans son travail les des plus grands pouvoirs de l’art, à savoir la liberté d’expression, le partage et la dénonciation. Il est également une vraie source d’inspiration pour tous les passionnés qui n’osent pas se lancer dans leur domaine de prédilection. Spark est la preuve vivante que le choix de changer de voie et réaliser ses rêves, à n’importe quel âge, est possible pour tout individu. Ancien créateur de sites web, il est aujourd’hui l’un des artistes importants du XXIème siècle et n’est pas près d’avoir terminé son parcours. Intervenant dans des émissions de télévision consacrées à l’art comme La Grande Expo, il est également présent dans plusieurs livres présentant les plus grands artistes contemporains tels que « Gueules d’Artistes » de Philippe Bonan ou encore « 129 artistes belges » de la photographe Patricia Mathieu.